Qu’est-ce que le Obon ?

C’est déjà le mois d’août et, au Japon, cela signifie que Obon n’est pas loin. Mais à quoi correspondent ces festivités qui sont parmi les plus importantes de l’archipel ? Nous vous l’expliquons dans cet article et vous donnons quelques recommandations de quoi faire si vous vous trouvez au Japon durant cette période.

Obon

Obon : le festival des morts

Le Obon (お盆) est un festival bouddhique pour commémorer et célébrer les ancêtres. On le compare souvent à la fête des morts au Mexique. On raconte ainsi que, tous les ans sur cette période, les esprits des ancêtres reviennent sur terre pour visiter leurs descendants.

C’est une fête familiale très importante. Dans les maisons, des offrandes, telles que des fruits, du saké ou du riz, sont faits sur l’autel des ancêtres. On se rend également sur les tombes pour les nettoyer, payer ses respects et faire d’autres offrandes. Devant les maisons, on trouve des lanternes de papiers servant à guider les âmes des défunts. Des danses, appelées Bon Odori (盆踊り), sont également représentées un peu partout dans le pays. La manière de célébrer le Obon peut cependant changer selon les régions du Japon.

Les festivités du Obon se déroulent selon le calendrier lunaire, généralement entre le 10 et le 16 août. Si vous vous rendez au Japon sur cette période, il vous faudra réserver vite. En effet, beaucoup de japonais en profitent pour prendre des vacances et pour rentrer chez eux rendre visite à leur famille. Le prix des hôtels peut très vite augmenter et les disponibilités disparaître. C’est une des périodes les plus chargées pour le tourisme intérieur avec le Nouvel An et la Golden Week. À éviter donc, si possible.

Mais si vous vous trouvez au Japon à ces dates, voici tout de même trois des festivals à ne pas rater.

Obon Kyoto

Le festival Gozan no Okuribi à Kyoto

C’est probablement une des festivités les plus connues de Kyoto. N’avez-vous pas déjà vu des photos de ces énormes kanji de feu sur les montagnes autour de la ville ? Et bien, ceux-ci marquent la fin du Obon.

En effet, on raconte que le 16 août, les esprits des ancêtres venus nous rendre visite retournent d’où ils sont venus. Selon les régions, on leur dit au revoir de différentes manières. Par exemple, en faisant flotter des lanternes de papier sur les rivières. À Kyoto, c’est avec de grands feux de joie, les okuribi, que les séparations se font.

Sur 5 montagnes autour de Kyoto, 5 caractères de feu sont allumés. Trois sont des kanji. 大 (dai) pour grand et 妙法 (myoho), kanji faisant référence aux lois de Bouddha. Les deux derniers feux sont des symboles représentant un torii et un bateau. Les feux sont énormes. Le trois traits composant le kanji 大 par exemple mesurent respectivement 160, 120, et 80 mètres de long. Tous les feux sont allumés aux alentours de 20h30.

Les caractères ne sont malheureusement pas tous visibles du même endroit. Il vous faudra aller en hauteur (sur la terrasse d’un hôtel par exemple) pour en apercevoir le plus grand nombre ou vous concentrer sur un seul. Le plus populaire et facilement visible étant sûrement le 大, que l’on peut apercevoir depuis les rives de la rivière Kamogawa qui traverse Kyoto. C’est probablement là que l’ambiance est la plus sympathique. Une foule se rassemble, certains portent des yukata, d’autres s’installent entre amis sur l’herbe pour boire un verre en attendant que les feux soient allumés. À faire pour s’imprégner pleinement des festivités.

Si vous n’êtes pas à Kyoto pour le Obon, vous pouvez toujours aller randonner sur la montagne du Daimonji (大文字). Vous y aurez une très belle vue sur la ville et pourrez approcher de plus près des endroits où les feux du 大 sont allumés.

Awa Odori

Le festival Awa Odori à Tokushima

Les danses de l’Awa Odori de Tokushima sont les plus populaires des festivités du Obon. Awa est l’ancien nom de Tokushima et odori signifie danse. Du 12 au 15 août, danseurs et spectateurs se rassemblent dans la ville, pour un moment de partage.

Les festivités commencent vraiment vers 18:00. Le centre-ville est alors fermé à la circulation et des groupes de danseurs défilent dans la ville. Ceux-ci viennent de tout le pays et, des fois même, de l’étranger. Les danseurs sont accompagnés de musiciens jouant de la musique traditionnelle. Des scènes sont également installées pour des représentations de danseurs plus professionnelles. Enfin, ce ne serait pas un festival japonais sans les stands de nourriture et de jeux de foire.

Si vous n’êtes pas sur place à ces dates, vous pouvez toujours en apprendre plus sur ce festival grâce au musée Awa Odori Kaikan qui lui est dédié.

Amigasa

Nishimonai Bon Odori à Ugo

Si vous vous trouvez dans le nord du Japon durant les festivités du Obon, pourquoi ne pas faire un bond par la préfecture de Akita, dans la ville de Ugo ? C’est là que se déroule les danses du Nishimonai Bon Odori, du 16 au 18 août. Ces danses sont aujourd’hui pratiquées pour honorer les ancêtres, mais l’on raconte qu’elles trouvent leurs origines dans des danses vieilles de 700 ans, dont le but était de favoriser les récoltes.

Les danseurs portent des yukatas fabriqués de patchwork de tissus colorés et indigos (kimono hanui). Certains portent des chapeaux en demi-lune fait de pailles, appelés amigasa. D’autres se cachent le visage avec des tissus noirs appelés hikosa zukin. Cachant leurs identités, ils représentent les esprits des défunts.

Des tambours, flûtes en bois, gongs, et shamisen accompagnent les danseurs. Des feux de joie sont également allumés un peu partout dans la ville.

Nous espérons que vous en avez appris plus sur Obon dans cet article et que vous savez désormais quoi faire si vous vous trouvez au Japon durant cette période.